L’Islam respecte-t-il la liberté d’expression ?

  • | Thursday, 10 September, 2015

La liberté d’expression est garantie en Islam. Pour l'illustrer, Le Saint Coran donne l'exemple d'un homme pris en esclave par un autre, ou celui qui adopte la société comme idole à adorer pour montrer jusqu' quel point la liberté est tellement indispensable. À ce propos, Allah dit : « N'attribuez donc pas à Allah des semblables. Car Allah sait, tandis que vous ne savez pas. Allah propose en parabole un esclave appartenant [à son maître], dépourvu de tout pouvoir, et un homme à qui Nous avons accordé de Notre part une bonne attribution dont il dépense en secret et en public. [Ces deux hommes] sont-ils égaux? Louange à Allah! Mais la plupart d'entre eux ne savent pas. Et Allah propose en parabole deux hommes: l'un d'eux est muet, dépourvu de tout pouvoir et totalement à la charge de son maître; Quelque lieu où celui-ci l'envoie, il ne rapporte rien de bon; serait-il l'égal de celui qui ordonne la justice et qui est sur le droit chemin?» (Sourate al-Naḥl, les Abeilles, V 74-76).

Et Il a dit également : « Allah a cité comme parabole un homme appartenant à des associés se querellant à son sujet et un [autre] homme appartenant à un seul homme: sont-ils égaux en exemple? Louanges à Allah! Mais la plupart d'entre eux ne savent pas.» (Sourate al-Zumar, les Groupes, V 29).

Ces versets nous incitent à réfléchir sur la situation de l’homme asservi par un autre, homme ou Etat, un tyran ou un envahisseur, un parti ou une société prise comme idole. Ces derniers ne veulent pas assurer une vraie liberté d’expression à l’homme car ils craignent qu'il puisse mener la masse populaire à les critiquer, ou qu'il les incite contre eux. Ce qui leur intéresse

c'est d’avoir un homme soumis qui, sous la pression de tyrannie, reste sourd-muet, n’ayant pas même la possibilité de s’exprimer. Ils veulent faire de lui une marionnette tout en le privant de motivation, du vouloir, de dignité, et par là même de la liberté d’expression.

Mais Allah, Exalté soit-Il, veut que sa créature soit capable d’assumer pleinement ses responsabilités, de remplir sa mission de succession sur terre, de pouvoir prendre en charge les obligations avec habilité et compétence et de subir les effets de ses actes. Chose qui manque chez celui qui est privé du vouloir et de liberté et dont la dignité et le libre arbitre sont néants. La liberté d'expression est donc assurée selon les versets susmentionnés.

De même, dans les versets suivants, Allah donne les raisons d'être de l'envoi des messagers à l'homme en disant : « en tant que messagers, annonciateurs et avertisseurs, afin qu'après la venue des messagers il n'y eût pour les gens point d'argument devant Allah. Allah est Puissant et Sage.» (Sourate al-Nisa', les Femmes, V. 165). Selon ce verset, Allah a donné à l’homme le droit de protester même contre Lui, et a décidé de ne pas punir celui qui, pari les humains, n'a pas reçu le message divin par le biais d’un messager qui lui apprend tout et lui protège contre le fait de tomber dans le mal.

A ce propos, Allah dit : « Quiconque prend le droit chemin ne le prend que pour lui-même; et quiconque s'égare, ne s'égare qu'à son propre détriment. Et nul ne portera le fardeau d'autrui. Et Nous n'avons jamais puni [un peuple] avant de [lui] avoir envoyé un Messager.» (Sourate al-Isra', le Voyage Nocturne, V. 15).

Quant à ce qu’on appelle l’apostasie, nous soulignons que tout changement de religion, n’ayant pas de lien avec un autre objectif,

n’entraine aucune punition dans ce monde d’ici-bas. Cela est prouvé par approximativement deux cents versets coraniques. Mais s’il s’agit d’un changement de religion qui constitue un slogan qui cache derrière les ennemis de l’Etat et de la société ainsi que le régime, la sanction est applicable dans de tels cas pour punir un délit composite. Ici, il faut distinguer alors entre la liberté d’expression d’une part et les infractions et les délits composites d’autre part.

Alors, la liberté d’expression est assurée selon le Saint Coran. Personne n’a l’autorité de la lui confisquer, ni de l’éradiquer ni même de la réduire. Mais ce qui est arrivé dans notre histoire est considéré comme viol de la liberté d’expression, il ne dépasse pas le niveau d’exception et est considéré comme une déviation faite par certains gouverneurs.

Print
Categories: L'Islam
Tags:
Rate this article:
5.0

Please login or register to post comments.