La miséricorde en Islam -1

prof. Sami Mohammad Mandour

  • | Monday, 1 June, 2015
La miséricorde en Islam -1

La miséricorde est une qualité que doit posséder l'homme car elle est l'un des attributs les plus sublimes d'Allah. Le Coran insiste davantage sur ce sentiment : le mot "Rahmah" (miséricorde) et ses dérivés sont mentionnés plus de deux cents cinquante fois dans le Noble Coran. Il initie donc les musulmans à la miséricorde. Nous en citons en particulier les verstes qui évoquent la miséricorde d'Allah :

 « …Il S'est à Lui-même prescrit la miséricorde. » (Sourate Al -‘An’âm,  Les Bestiaux, V. 12).

 Cette miséricorde divine se caractérise par son immensité : " ….Et Ma miséricorde embrasse toute chose... ». (Sourate, Al-‘A’râf, V.156)

Allah a aussi descendu sur terre une autre forme de miséricorde, le Prophète dit : "Allah a fait que la miséricorde soit formée de cent parties dont Il garda quatre-vingt-dix-neuf par-devers Lui, et envoya une seule partie sur la terre. C'est grâce à cette partie que tous les êtres sont animés d'un sentiment de bonté les uns envers les autres si bien que la bête de somme écarte son sabot de son petit de peur de le blesser".

De même, le Prophète était une miséricorde pour toute l'humanité. Allah l'a qualifié ainsi lorsqu'il dit :

"Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour l'univers". (Sourate Al ’ Anbiâ‘, les Prophètes V.107).

Le Prophète  a dit : "Je ne suis envoyé que pour être miséricorde".

                   D'ailleurs, le prophète exige que la miséricorde soit la qualité inhérente à la personnalité du musulman dans plusieurs hadiths. Nous en citons :

  • Le Prophète dit :"Est déçu et perdu un serviteur dont le cœur est privé (par Allah) de la miséricorde envers les humains."
  • le Prophète dit aussi : "Celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens, Allah ne sera pas miséricordieux envers lui. Et celui qui ne pardonne pas, on ne lui pardonnera pas".

Ces hadiths sont une bonne annonce pour les miséricordieux et  une invocation contre les sévères et les cruels.

Ce sentiment de la miséricorde doit être ancré dans les cœurs des hommes. Elle doit régner le foyer entre mari et épouse. Allah (que Son nom soit exalté): " Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. " (Sourate, Ar-Roûm ‘Les Byzantins, V. 21).

De là, cette miséricorde doit englober tous les membres de la société. Le prophète la fonda sur une miséricorde mêlée de l'affection. Il leur apprend comment construire une communauté de convivialité, de compassion mutuelle et de sérénité en leur disant : "L'exemple des croyants dans leur affection, leur compassion réciproque et leur sympathie, est comme le corps ; si un de ses membres souffre, le corps entier souffrira aussi en restant éveillé et fiévreux". De plus, il guidait sa communauté vers ce qui pourrait consolider cette construction et dit : "Aucun d'entre vous ne peut se prétendre croyant jusqu'à ce qu'il aime pour son frère (ou prochain) ce qu'il aime pour lui-même".

Le Prophète le lui apprit en disant : " Dès que deux Musulmans qui se rencontrent se serrent la main. Allah leur remet les péchés avant qu'ils ne se séparent".

Par cette méthode, le Messager d'Allah fonda la société de la miséricorde et de l'affection : par la bonne parole, le serrement réciproque et amical des mains, l'amour sincère, l'échange du salut,: " le vrai Musulman est celui dont les gens sont à l'abri de sa langue et de sa main."

          Cette miséricorde à laquelle appelle l'Islam doit englober les êtres humains, musulmans ou non, amis et ennemis et même les animaux et objets. Le prophète en donne l'exemple à suivre pour ces  tous les différents aspects de la miséricorde.

 

  1. La miséricorde envers les parents

 

L'Islam appelle à prendre soin d'eux  et à être bienfaisant et miséricordieux envers eux en vertu du verset suivant : "Allah a décrété que vous n'adorerez que Lui, et que (vous manifestez) la bienséance envers vos parents : si l'un d'entre eux ou tous les deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leurs dit pas " Fi" et ne les brusque pas, mais adresse leurs des paroles généreuses. Et par miséricorde, abaisse pour eux l’aile de l’humilité, et dis : " Seigneur, Fais leur à tous deux miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit " (Sourate Al Isrâ‘, le Voyage nocturne, V.23-24).

 

 2- La miséricorde envers les proches

          L'Islam incite de même à être miséricordieux envers les proches, en désignant "la parenté" par le mot "rahim" et en appelant la miséricorde envers les proches " silata rahim (ou lien de parenté). Allah créa donc le rahim et lui accorda secours et protection en vertu du hadîth    ‎ du Messager d'Allah où il dit : " Allah dit : "Je suis Allah ! Je suis le Tout Miséricordieux. Je créai le rahim (littéralement la matrice ou les liens de parenté) et Je lui donnai un nom dérivé de Mon Nom.  Or, celui qui l'observe, Je reste lié avec lui et celui qui le rompt, Je romps avec lui".

3 - La miséricorde envers les enfants

L'Islam exhorte à être miséricordieux envers les enfants. Cette miséricorde est un sentiment inné et instinctif. Le Prophète  l'était évidemment. A ce propos Abou Hourayrah rapporte : le Messager d'Allah embrassa Al-Hassan Ibn 'Ali (son petit-fils) en présence d'Al Aqra' Ibn H̠abis At-Tamimi qui lui dit alors : "Je possède dix enfants et je n’ai jamais embrassé l’un d’eux !" Le Prophète  rétorqua : " La miséricorde n’est point donnée à celui qui ne fait pas preuve de miséricorde". Hadith agréé.

D'ailleurs, nous mentionnons les exemples suivants :

- Le Prophète rendit visite à un garçon juif malade qui le servait. Il lui disait : "Dis : il n'y a de dieu qu'Allah, lailahaillaallah". Sur ce, le garçon fixa le regard sur son père. Celui-ci lui dit alors : "Obéis à Abou Al Qaçim". Le garçon le répéta et le Prophète reprit : "Louanges à Allah qui l'a sauvé de l'Enfer grâce à moi ". Rapporté par Al Boukhâri.

 4-  La miséricorde envers les orphelins

Le prophète enseigne aussi  la miséricorde envers l'orphelin dans la mesure où il exhorte les hommes à prendre en charge l'orphelin pour assurer à ceux qui ont perdu leurs parents le parrainage et l'éducation dont ils ont besoin jusqu'à ce qu'ils atteignent la majorité. Un âge où ils deviennent alors capables de travailler pour gagner leur vie. Le Prophète dit ainsi : "Quiconque a joint un orphelin à lui ou à un autre (dans le sens de le prendre en charge) jusqu'à ce qu'Allah le rendra si riche qu'il se passe de lui (le tuteur), le paradis lui sera prescrit". Il lia aussi celui qui prend en charge l'orphelin à lui-même en disant : "Moi et le tuteur de l'orphelin nous serons au Paradis, comme ceux-ci". Et il montra ses deux doigts : l'index et le majeur en les écartant".  

5- la miséricorde envers les faibles, les nécessiteux, les pauvres, les besogneux, les malades et les éprouvés :

  

Le prophète enseigne aussi la miséricorde envers les faibles, les nécessiteux, les pauvres, les besogneux, les malades et les handicapés.

Le Messager d'Allah  partit alors de ce principe dans son comportement avec les faibles et les nécessiteux dès le début de sa mission. Ils étaient le premier soutien dans la da'wah islamique. Ils étaient les premiers qui y crurent et le protégèrent. Il s'asseyait avec eux et les rapprochaient tellement que les notables parmi ses gens le reprochèrent parce qu'il les préférait.

D'ailleurs, le Messager d'Allah  appelait les musulmans à la compassion et la miséricorde envers eux, à les secourir et à les aider. Qui le fait en sera récompensé pleinement, une récompense que seuls les plus rapprochés auprès d'Allah mériteront. Dans ce contexte, on rapporta que le Prophète dit : "Celui qui entretient par son travail la veuve et le nécessiteux est comme le combattant dans le sentier d'Allah ou comme celui qui passe toute la nuit à prier et qui jeûne la journée".

Le prophète rendait visite au malade en invoquant Allan en son faveur. Les hadîths qui le montrent sont multiples

De même, le Messager d'Allah mentionna un code médical dont la médecine d'aujourd'hui ne sort de son cadre : le remède doit correspondre à la maladie pour assurer la guérison. Il l'exprima ainsi :" À chaque maladie correspond un remède ; si celui-ci est convenable à la maladie, celle-ci va être guérie si Allah le veut".

                                                                                                                                           à Suivre...

Par

Dr. Sami Mandour

Professeur au département de français

Faculté des langues et de traduction    

Université de l’Azhar

Print
Categories: L'Islam
Tags:
Rate this article:
4.5

Please login or register to post comments.