Philosophie de l’extrémisme religieux

Par : Mohamed DIAB

  • | Thursday, 10 December, 2020
Philosophie de l’extrémisme religieux

     L’extrémisme est l'une des questions les plus couramment parlée sur la scène internationale ces derniers temps. En général, il peut être considéré comme le fait de dépasser la limite proportionnel de la modération. Il se diffère d'une société à l'autre conformément aux valeurs traditionnelles dominantes de chaque société; car ce qu'une communauté considère comme un comportement extrémiste peut être familier dans une autre.
L'extrémisme peut être exprimé comme suit : c’est le fait qu’une personne prend une attitude trop rigide se caractérisant par l'éloignement par rapport aux situations sociales présentes dans son environnement dans lequel il vit. L'extrémisme peut être positif dans le sens de l'acceptation totale, ou négatif dans le sens du rejet complet ; or, la limite de la modération se situe à mi-chemin entre les deux.

La modération et l'extrémisme dépendent donc, des changements environnementaux, civilisationnels, culturels, religieux et politiques que subit la société. Ils varient également de temps à un autre, de sorte que ce qui a été considéré comme extrémisme dans le passé peut ne pas l'être aujourd’hui.
Nous avons déjà mentionné dans un article précédent, que l'extrémisme est le fait de s'écarter des normes intellectuelles, valeurs, critères et méthodes comportementales communes de la société, et qu'il peut passer d'une simple pensée à une conduite ou à une action politique, d’après laquelle l’extrémiste recourt à l'utilisation de la violence comme moyen d'atteindre les principes auxquels il croit. Ainsi, il passe du stade de l'extrémisme au stade du terrorisme. Autrement dit, il passe de l’étape de la pensée à celle de l'action.
D'un autre côté, l'extrémisme peut être religieux, sectaire, national, linguistique, social, culturel ou politique. Ainsi, l'extrémisme religieux peut être islamique, chrétien, juif, hindou ou autre ; en plus, il peut être laïc, moderniste, libéral… etc. Il n'y a donc aucune différence entre ces types d’extrémisme sauf pour les justifications sur lesquelles s'appuie chacun d’eux comme étant contre la religion, la politique etc.
L'extrémisme religieux et idéologique demeurent des questions qui suscitent les inquiétudes de la communauté internationale et constituent une menace sérieuse pour son développement et sa stabilité. Il est sans aucun doute la principale source de désintégration des sociétés, de bouleversement du tissu social, de violence et du terrorisme au nom de la religion à travers l’histoire. 
L'extrémisme constitue donc une étape essentielle pour le terrorisme. Or, tout terroriste est à l’origine un extrémiste, et non pas tout extrémiste est terroriste ; puisqu’une personne extrémiste peut avoir des convictions et des principes indiquant son extrémisme idéologique, mais elle n’adopte pas la violence comme méthode pour atteindre ses objectifs et approuver les principes qu’elle adopte et auxquels elle croit.
En effet, l'acte terroriste est traité de manière légale, judiciaire et sécuritaire ; de l’acte criminel punissable par les lois.
Quant à l'extrémisme, du type idéologique en particulier, il y a divers autres traitements, dont la réfutation des idées fausses par des argumentations rationnelles, et en faire face par les vraies idées. Sans doute, les différents types de médias sont plutôt la méthode la plus largement utilisée et la plus courante pour répandre l'idéologie extrémiste à l'ère actuelle au niveau des sociétés.
Parmi les signes d'extrémisme, on compte l’allégation de préférence; un groupe, une nation, une religion ou une nationalité est meilleure que l’autre ou a la suprématie sur d’autres au point de prétendre posséder la vérité. C'est la première graine de l'intolérance, de l'extrémisme, de la violence et du terrorisme.
L'idéologie extrémiste considère que tout désaccord avec elle est interdit, et il doit être exclu, éliminé et éradiqué. 
Si l'extrémisme représente un modèle constant à travers les temps, alors, la modération, le juste milieu et les principes de tolérance, de reconnaissance d'autrui, de dialogue et du rejet de violence constituent un patrimoine commun de l’humanité à la différence des peuples et des religions.
Il est à signaler que la philosophie d'élimination de l'extrémisme et ses racines se fonde essentiellement sur l'élimination de l'intolérance et de la prétention de posséder la vérité. L'expérience a montré que l'idéologie extrémiste ne peut pas être éliminée par une action militaire ou armée, ou par faire face à la violence par la violence et la force ; puisqu’une violence ne génère pas la paix, mais plutôt la violence, et une oppression ne produit pas de justice. La philosophie de l'élimination de l'extrémisme se base également sur le fait de le combattre sur les plans économique, social, culturel, éducatif, religieux, juridique et psychologique. En outre, elle comprend la suppression de la pauvreté, la réalisation de la justice et l'égalité, la création d’un environnement approprié pour les valeurs de paix, de tolérance et de non-violence et l’adoption du dialogue pour résoudre les différends. Cela nécessite en premier lieu de faire tarir les sources des groupes extrémistes tout en éliminant toute cause du fanatisme.
C’est à quoi appelle Al-Azhar dans de diverses occasions et forums internationaux ; il s'emploie à résoudre ce type d’extrémisme en démantelant l'idéologie extrémiste, en démolissant les principes sur lesquels elle est basée et en dévoilant ses mensonges et ses fausses allégations.
 

Print
Categories: Articles
Tags:
Rate this article:
No rating

Please login or register to post comments.