La liberté dans la perspective musulmane

Par : Mohamed Diab

  • | Wednesday, 13 January, 2021
La liberté dans la perspective musulmane

     Aujourd'hui, beaucoup de discussions et de débats sur la liberté d’expression, ses principes, son étendue et les effets résultant de l’usage excessif de ce droit, sont soulevés sur la scène mondiale, surtout suite à la confusion suscitée en France à cause du concept de la liberté dans le cadre du système de la laïcité adopté par l'État français. Ce qui est apparu clairement à la suite des déclarations du président de la République « Emmanuel Macron » que la liberté de blasphémer relève du principe de la liberté, même si cela va au-delà d'attaquer, par des insultes, tout ce qui est religieusement sacré pour les autres.
Dans ce contexte, on devrait mettre en lumière les critères, les normes et les réglementations établies par l'islam, en tant que religion mondiale qui respecte le pluralisme, la différence des cultures et la pluralité des religions au sein de la même société. En outre, il a la capacité d’absorption de tous les membres vivant dans une seule patrie, quelles que soient leurs affiliations religieuses, leurs origines et leurs couleurs…etc. La différence et la diversité peuvent être gérées et organisées dans le cadre du principe du « vivre ensemble », en s’acceptant les uns les autres sur la base de l’acceptation, de l’interaction et de l’échange de connaissances, de compétences, de modes de vie, d’idées et de cultures.
Avant d’aborder ces critères et fondements de la liberté en islam, il faut savoir que ceux-ci n'ont pas pour but de limiter les libertés des personnes ou de les restreindre, mais plutôt ce sont des signes qui rationalisent l'utilisation de ce droit inhérent en islam afin qu'on ne porte pas atteinte aux autres individus de la société ou de faire nuire à leurs sentiments.
En fait, le Messager d’Allah, que la bénédiction et le salut soient sur lui, nous a donné l'un des exemples les plus merveilleux, qui montre les limites entre liberté et le chaos. A ce propos, al-Nu‘mān ibn Bachīr (qu’Allah l’agrée), rapporte que le Prophète dit : « L'exemple de celui qui s'arrête devant les limites d'Allah et de celui qui les transgresse est comparable à l'exemple des gens qui partagent un navire. Les uns avaient le haut comme part, et les autres la partie inférieure du navire. Obligés de toujours passer par la partie supérieure pour apporter de l'eau, ceux de la partie inférieure se disent : Pourquoi ne pas faire un trou dans notre part ? Nous ne causerons aucun préjudice à ceux d'en haut... Si les occupants de la partie supérieure les laissent faire à leur guise, tous périront ; mais s'ils les empêchent, ils seront tous sauvés, eux et ceux de la partie inférieure. » [Rapporté par Al-Boukhārī]
Dans cet exemple merveilleux, apparaît clairement la position à l’égard de ceux qui abusent de leur liberté personnelle d'une manière qui nuit à la fois eux-mêmes ainsi qu’à la Communauté et à la nation. 
Parmi les critères de la liberté du point de vue de l’islam nous citons :
1.    Respecter les enseignements de la religion et les valeurs de la société :
En fait, l'exercice, par l'homme, de sa liberté ne signifie pas qu'il méprise les croyances et les rituels des autres, tout comme cela ne signifie pas qu'une personne enfreint la culture, les coutumes, les traditions et les valeurs de la société.
Donc, un musulman ne peut pas s'écarter des enseignements de l'islam en faisant nuire aux autres, en matière de leurs croyances sous prétexte de la « liberté ». Par contre, un non-musulman est obligé de respecter les croyances et les rituels des musulmans, tout comme ceux-ci respectent son droit de pratiquer sa religion. Or, chacun des deux parties constituant de la même société est tenu de respecter la culture, les traditions et les valeurs de la société. 
2.    Respecter la liberté d’autrui. 
En effet, le droit des autres d'exercer leur liberté n'est pas moins que le vôtre, et vous êtes libre à moins que vous causiez de nuisance à un autre. Or, votre liberté se termine lorsque la liberté des autres commence, la règle jurisprudentielle islamique en est clairement : « Il est interdit de causer un dommage ou de répondre à un dommage par un autre. »
Dans ce contexte, le Messager d’Allah clarifie les règles pour s'asseoir dans les routes s’il n’était pas nécessaire. A cet effet, Abou Saʿīd Al Khoudrī (qu'Allah l'agrée), Le Prophète ﷺ a dit : « Méfiez-vous de cette pratique qui consiste à vous asseoir dans les rues ! » Ils dirent : « Ô Messager d’Allah ! Nous ne pouvons-nous en passer, car c’est là pour nous l’occasion de parler entre nous ». Le Prophète ﷺ leur dit alors : « Si vous tenez absolument à cette pratique, donnez alors à la rue son droit ». Ils dirent : « Et quel est le droit de la rue ô Messager d’Allah ? » Il dit : « Baisser son regard, s’abstenir de faire du tort, répondre au salam [salutations], ordonner le convenable et interdire le blâmable. » 
Enfin, nous devons veiller à clarifier le vrai sens de la liberté, à éduquer les gens à respecter la liberté d'autrui, à comprendre les règles de la différence, et mettre en évidence que la liberté contrôlée par les règles de la religion, de la loi et de la vraie coutume entraine le bonheur et le progrès de l’homme ; ce qui aura des bonnes conséquences pour la prospérité et le progrès de l'humanité en général, et contribuera sans aucun doute à l'enrichissement de la civilisation humaine.

Print
Categories: Articles
Tags:
Rate this article:
No rating

Please login or register to post comments.