L’abattage en Islam

Par : Mohammad Abou al-Naga

  • | Friday, 8 July, 2022
L’abattage en Islam

           Tout les ans, durant les jours bénis du Pèlerinage et de la fête du Sacrifice, les journaux et les réseaux sociaux abondent de nouvelles, de textes et de tweets visant à criminaliser l’imolation des bêtes sacrificielles. Chaque année, des groupes de défense des animaux publient des déclarations affirmant à plusieurs reprises que l’Islam n’est pas une religion de paix ni de miséricorde, mais une religion de violence et de terreur. Il n’a même pas pitié de l’animal, selon eux. Il nous incombe alors de répondre à ces accusations et de clarifier la vérité par des faits et des preuves éclatantes qui montrent la misircorde de l’Islam.

En vérité, l’islamophobie s’est propagée et s’est infiltrée dans les sociétés occidentales. Avoir peur de tout ce qui est lié à l’islam a conduit certaines sociétés qui connaissent peu l’islam à accorder crédit à ces fausses accusations. Par conséquent, nous devons clarifier, Allah, le Très-Haut dit : « Ainsi en est-il. Quiconque glorifie humblement les rites institués par Allah, [Allah lui en Tiendra compte], car une telle attitude relève de la piété du cœur.» (Qur’ān 22 : 32).

           Dans cet article, nous donons un aperçus sur le concept de « Sacrifice » en Islam, et nous indiquerons pourquoi l’abattage des animaux sacrificiels selon les rites islamiques est la manière la plus correcte et la plus bienveillante envers les animaux ?

Le Sacrifice en Islam

       Les musulmans célèbrent l’Aïd du Scarifice (al-Aḍḥá) cette année le samedi 9 juillet 2022. Lors de cette fête, les musulmans sacrifient du bétail pour se rapprocher d’Allah tout en espérant Sa récompense lorsqu’ils prononcent le nom d’Allah sur le bétail et lorsqu’ils en donnent à la famille, aux amis et aux pauvres.

        Allah, le Tout-Puissant, dit : « Pour chaque communauté, Nous avons Institué un rite sacrificiel pour que [ses membres] prononcent le nom d’Allah sur les bêtes [prélevées sur les troupeaux] qu’il leur a attribués. Votre Divinité est un Dieu Unique, alors soumettez-vous à Lui ! [Prophète,] annonce une bonne nouvelle aux humbles. » (Coran 22/34)

        Allah n’obtient rien de la viande ou du sang de ces sacrifices, mais Il reçoit la sincérité en eux, et que leur but sera la Satisfaction d’Allah seul. Allah, le Tout-Puissant, dit : « Allah [n’accorde d’importance] ni à leur chair ni à leur sang. Ce qui Lui importe, c’est votre piété. Il vous les a ainsi assujettis pour que vous Glorifiiez Allah [en prononçant le takbīr] de vous avoir guidés. [Prophète] ! Annonce une bonne nouvelle à ceux qui font le bien ! » (Coran 22/37)

L’attitude de l’islam vis-à-vis des animaux :

       L’islam accorde une attention particulière aux animaux et à tout ce qui s’y rapporte. Il existe de nombreuses manifestations du bien-être animal dans l’islam parmi lesquelles :

Premièrement : nourrir l’animal et ne pas l’enfermer

        le Prophète (pbAsl) a dit : « Une femme a été châtiée et est rentrée dans l’enfer à cause d’une chatte qu’elle avait emprisonnée jusqu’à ce qu’elle meurt. Lorsqu’elle l’a gardée elle ne lui a pas donné à manger et à boire et elle ne l’a pas laissé partir pour ce nourrir des bêtes de la terre ».  (Rapporté par Bukhārī)

Deuxièmement : Fournir de la nourriture, des boissons et des soins sanitaires

le Prophète (pbAsl) a dit : « Pendant qu’un homme parcourait un chemin, il eut une grande soif. Il trouva un puits et y descendit pour se désaltérer. Ensuite, il remonta et c’est alors qu’il vit un chien haleter en léchant le sable humide à cause de sa soif intense. L’homme s’est alors dit : “Ce chien a aussi soif que moi !” Il redescendit donc dans le puits, remplit sa chaussure d’eau, la saisit entre ses dents, puis donna à boire au chien. Allah lui en sut gré et lui pardonna ses péchés. Les Compagnons demandèrent : “Ô Messager d’Allah ! Serons-nous [aussi] rétribués pour les bienfaits dispensés aux animaux ?” Alors, le Prophète (sur lui la paix et le salut) leur répondit : “Oui ! Tout bienfait dispensé à un être vivant sera récompensé”. » (Rapporté par Boukhari)

Troisièmement : Bienveillance envers l’animal au moment de l’abattage

À ce sujet, nous rapportons le hadith suivant : « Le Prophète (pbAsl) est passé près d’un homme qui avait posé son pied sur le flanc d’une chèvre alors qu’ilaiguisait son couteau et elle le regardait faire. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit : “Ne pouvais-tu pas faire cela avant ? Veux-tu la tuer deux fois ?”. ». (Rapporté par Tabarani)

En effet, certians pensent que l’islam est une religion qui contredit soi-mêmes en se demandant : comment peut-on imaginer qu’une législation qui ordonne de nourrir l’animal et de ne pas lui faire de mal, ordonne en même temps de le torturer de cette manière violente en l’égorgeant ?

Pour répondre à cette interrogation, on peut dire que l’Islam a précisé la manière par laquelle on doit égorger un animal. Certains estiment que la mise à mort d’un animal à travers l’égorgement est une sorte de torture en disant qu’il serait moins douloureux de le tuer par l’électrocution ou par d’autres moyens pareils (tel que donner des coups mortels sur la tête des animaux). De telles pratiques sont contradictoires avec les enseignements de toutes les législations célestes ainsi qu’avec certains rapports médicaux qui ont prouvé que l’égorgement est un moyen d’abattage médicalement plus sain[1].

Lorsque l’abattage islamique (halal) est effectué en coupant les artères, la veine, la trachée et l’oesophage sans séparation de la tête, à ce stade, le sang et l’oxygène n’atteignent pas le cerveau, et la bête entre dans le coma et l’inconscience en quelques secondes. Le sacrifice reste dans l’inconscience et le manque de douleur libérer. En ce moment la glande pinéale, trouvée dans le cerveau envoie des messages de la glande surrénale trouvée dans les reins par la moelle épinière en sécrétant l’adrénaline dans une tentative d’accélérer le pompage de sang au cerveau. Cela pousse le corps de l’animal à se vider de sang en quelques minutes. Cette manière d’égorgement islamique est le moyen le plus rapide et le plus miséricordieux censé réduire la douleur du sacrifice.

En conséquence, il devient clair que la législation de l’Islam est plus compatissante envers les animaux. Ainsi, les enseignements islamiques incitent clairement à s'occuper de l'animal et à ne pas lui faire du mal lors de son égorgement. Citons-en le hadith où le Prophète, à lui bénédiction et salut, a dit : « Que celui qui égorge parmi vous, aiguise bien son couteau et qu’il évite la souffrance à la bête » (Rapporté par Muslim). Ce hadith montre aussi que les enseignements de l’islam sont toujours bienveillant et cherchent à diminuer au maximmum la douleur de l’animal qu’Allah a créé pour servir de nourriture aux humains.

 

 

 

 

[1] https://www.azhar.eg/observer-fr/details/ArtMID/1154/ArticleID/2152/L233gorgement-des-animaux-pr233sent233s-en-sacrifice-soppose-t-il-224-la-mis233ricorde-pr244n233e-par-lIslam

Article publié sur le site de l’observatoire d’al-azhar pour la lutte contre l’extrémisme, L'égorgement des animaux présentés en sacrifice s'oppose-t-il à la miséricorde prônée par l'Islam ?, date de publication : 07/ 08/ 2015.

Print
Categories: Articles
Tags:
Rate this article:
No rating

Please login or register to post comments.