Le double standard lors de la Coupe du monde de Qatar 2022

Par : Mohamed Abou el-Naga

  • | Friday, 30 December, 2022
Le double standard lors de la Coupe du monde de Qatar 2022

    Le débat sur le double standard qui est une attitude prise par les pays occidentaux lors de la Coupe du monde 2022 a été mis en avant par la récente campagne européenne contre le Qatar. En effet, plusieurs pays, villes et institutions européennes ont décidé d’engager une bataille ouverte contre le Qatar et son organisation de la Coupe du monde de foot tout en considérant que cette bataille est un « Soutien aux droits de l’homme » ; il s’agit en fait de la « violation », selon ces pays, des droits des homosexuels !

Cette dualité est remarquablement apparue lorsque le Qatar a décidé de préserver ses valeurs et de ne pas se livrer aux valeurs européennes ; le Qatar peut être donc un pays ami et allié quand il s’agit d’intérêts économiques (accès au gaz qatari) et ennemi s’il ne partage pas le système de valeurs avec les pays européens en ce qui concerne les droits de la communauté LGBT, surtout les campagnes qui visaient soutenir ces derniers lors de la Coupe du monde.

Les Fédérations allemandes et danoises ont, d’ores et déjà, montré leur « colère » face aux décisions et déclarations de la FIFA. Elles mènent la fronde contre l’instance internationale. Certains politiciens et joueurs ont mené plusieurs actions pour faire entendre leur positionnement en faveur des « droits humains » dans un pays où l’homosexualité est passible de poursuites pénales.

Les joueurs allemands ont cependant choisi de manifester leur désapprobation en mettant leur main devant leur bouche en signe de protestation, avant leur match contre le Japon mercredi 23 novembre, au moment de la traditionnelle photo d’équipe qui précède le coup d’envoi. Le capitaine Manuel Neuer ne portait pas le brassard, mais avait sur ses chaussures, les couleurs de l’arc-en-ciel. Dans le même temps, dans les tribunes, la ministre allemande de l’Intérieur, chargée des Sports, Nancy Faeser, a enfilé le fameux brassard inclusif « One Love ». Et ce, sous les yeux de Gianni Infantino.

Et sur les traces des Danois et des Allemands, Amélie Oudéa-Castéra, la ministre française des Sports et des Jeux olympiques et Paralympiques a invité les Bleus à utiliser les « espaces de liberté » qu’il reste dans le Mondial au Qatar pour exprimer leur « engagement en faveur des droits humains ». D’après Amélie, les joueurs français portent eux aussi ces valeurs d’humanisme. « Ils appartiennent à un pays qui les porte haut et c’est important qu’ils en soient les représentants », a-t-elle estimé sur Public Sénat. « Il y a encore des semaines devant nous dans lesquelles ils pourront être libres de s’exprimer », a-t-elle souligné.

 Sur l’autre côté, le double standard européen s’est manifesté quand les joueurs marocains ont plusieurs fois célébré leurs victoires au Mondial 2022 en brandissant à la fois des drapeaux palestiniens et marocains. Les autres pays arabes se sont joints à la relance de la cause palestinienne au Qatar. Ce geste a agacé l’UK Lawyers for Israël (UKLFI – Avocats du Royaume-Uni pour Israël) qui a manifesté son mécontentement, rapporte The Middle East Monitor. Il accuse le Maroc d’avoir enfreint les règles de la plus haute instance dirigeante du football, notamment l’article 11.2 du Code disciplinaire de la FIFA, qui stipule que toute personne qui utilise « un événement sportif pour des manifestations à caractère non sportif ». Une question se pose donc ; l’homosexualité est-elle un événement sportif ? Ou l’Occident veut-il soumettre des lois selon ses caprices et ses idées ?

Nous ne discutons pas ici des lois de la FIFA ou des mesures prises, mais nous discutons les réactions contradictoires et des normes intellectuelles des Européens. Quand l’une de leurs normes de liberté d’opinion et d’expression ou l’une de leurs valeurs est violée, on constate qu’ils se révoltant pour imposer à certains peuples des lois des valeurs qui contredisent les principes et les valeurs de leurs propres cultures. En revanche, ils voulaient interdire un pays arabe et musulman de hisser le drapeau palestinien. C’est un geste qui les dérange, stout en oubliant les droits des Palestiniens à retrouver leur terre violée et à vivre librement. C’est comme si les LGBT ont le droit de s’exprimer alors que les arabes et musulmans n’ont pas le droit de s’exprimer. C’est le double standard, c’est l’impartialité.

Print
Categories: Articles
Tags:
Rate this article:
No rating

Please login or register to post comments.