Discours de son Eminence, le Grand Imam, Professeur Ahmad al-Tayyb, Cheikh d'al-Azhar, en Tchétchénie

  • | Monday, 29 August, 2016
Discours de son Eminence, le Grand Imam, Professeur Ahmad al-Tayyb, Cheikh d'al-Azhar, en Tchétchénie

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louange à Allah, Seigneur de l'univers. Paix et bénédiction sur le Prophète Muhammad, sur sa famille et ses compagnons.  
Monsieur le Président, Ramzan Akhmadovich Kadyrov, président de la République de Tchétchénie.
Honorable Audience !
AssalamuAlikom Wa Rahmatoullahi Wa Barakatouh !                    (Que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur vous).
Il est rapporté que le Prophète, à lui paix et bénédiction, dit : « ne remercie pas Allah, Exalté soit-Il, celui qui ne remercie pas les gens ». Il dit également : « celui qui vous rend service, accordez-lui une récompense ; si vous n’avez pas de quoi le récompenser, invoquez Allah en sa faveur jusqu'à ce que vous trouviez que vous l'avez récompensé ».
Hier, le peuple Tchétchène a honoré al-Azhar d'une manière inoubliable.  Un grand nombre de Tchétchènes avec à leur tête son Excellence Monsieur le Président, Ramzan Akhmadovich Kadyrov, se sont rendues à l'aéroport de Grozny pour accueillir la délégation d'al-Azhar. Cet accueil chaleureux reflète en effet l'amour sincère qu'exprime le peuple tchétchène envers al-Azhar, ses Cheikhs et ses Oulémas. Aussi, cet accueil qui a touché nos cœurs montre avant tout l'originalité du peuple tchétchène, la noblesse de son origine, la bonté de sa race et la sublimité de ses caractères qui ont fait de ce peuple un exemple à suivre en matière de bonne religiosité, de solidité et d’endurance pour protéger son territoire, sa patrie et sa croyance.
Merci à vous, Monsieur le Président. Merci à votre peuple généreux et à votre beau pays… Etant donné que nous ne sommes pas capables de récompenser votre faveur, nous implorons donc Allah de vous combler de Ses bienfaits cachés et apparents, de doter votre pays de la paix, de la sécurité et de la prospérité et de rendre votre peuple une communauté qui guide les autres selon la vérité et par celle-ci exerce la justice.  
D'ailleurs, cette conférence, à laquelle al-Azhar est heureux de participer, est une autre faveur que fait la Tchétchénie aux Musulmans de l'Est et de l'Ouest, voire même au monde tout entier. Cette conférence contribue sérieusement à éteindre les feux et les guerres inhumaines qui visent les Arabes et les Musulmans comme s'ils étaient des cobayes. Ces guerres ont été enflammées par des régimes néocoloniaux adoptant des théories terrifiantes, pour ainsi dire diaboliques, comme la prétendue inéluctabilité du conflit civilisationnel, la fin du monde, le chaos qui ne fait qu'un chaos pareil ou plus atroce et la mondialisation dont l'un de ses sens est : « La domination militaire, politique et économique d'un seul pays sur le marché mondial ».
Si ces plans malicieux s’étaient seulement arrêtés à une domination militaire et économique, nous aurons patienté en répétant le propos du Turfah Ibn al-'Abd : "Aba Mundhir, si tu vas nous anéantir, garde certains d'entre nous. Certains maux sont moins graves que certains autres".   
Cependant ces plans ne se sont pas arrêtés là, ils sont allés plus loin. Ils se jouent de l’avenir de l'humanité et de ses traditions lorsqu'ils se sont mis à viser les cultures des hommes, leurs croyances et leurs traditions historiques et civilisationnelles tout en les soumettant aux normes d'une seule culture mondiale. Ainsi, la mondialisation a pris des mesures très dangereuses visant à appauvrir le monde oriental, à mettre des obstacles pour entraver son progrès, à contrôler ses Etats à travers des organisations mondiales, des banques internationales, des prêts injustes, des conférences prenant prétexte du climat, de la population, de la femme et de l'enfant et à introduire les maladies morales et les libertés chaotiques. Pour promouvoir ces visions, on dépense cent fois plus ce que l'on dépense pour lutter contre la pauvreté dans ces pays ou pour aider leurs peuples à obtenir leur droit à l'enseignement, à la santé, à la nourriture et à lutter contre la maladie, l'ignorance, l'analphabétisme et le sous-développement.         
Certains pourront s’interroger sur la relation entre cette conférence et la situation déplorable dans laquelle vit actuellement notre communauté.
En effet, cette conférence, qui cherche à répondre à la question « qui  sont`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a (les gens de la Sunna et du consensus) ?», cherche parallèlement à identifier la nature et la cause des maladies qui ont épuisé la communauté musulmane, affecté la relation établie entre ses membres. Il s’agit donc d’une recherche sur le traitement que j’espère que l’on trouve par le biais des recherches des participants.
Chers Oulémas ! Je pense que vous serez d’accord avec moi que la conception de «`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a» était, à l'âge du progrès scientifique et cultuel de la communauté musulmane, la seule source inspirante aux Oulémas et aux Imams en matière croyance, de Fiqh et de législation. Cette conception, très ancrée dans l’esprit de la communauté musulmane, l’a préservée de la dépolarisation, de la dispersion, des conflits et des ruptures en lui rappelant toujours ces versets coraniques :
« Et cramponnez-vous tous ensemble Au ‹Habl› (câble) d'Allah et ne soyez pas divisés; et rappelez-vous le bienfait d'Allah sur vous : Lorsque vous étiez ennemis, C'est Lui qui réconcilia vos cours. Puis, pas son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez Au bord d'un abîme de Feu, C'est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi, Allah vous montre ses signes afin que vous soyez bien guidés » (Sourate Aal-Imran, verset 103).
« Et obéissez à Allah et à son messager; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants, car Allah est avec les endurants » (Sourate al-Anfal, verset 46).
Il est regrettable que cette conception, unanimement reconnue au sein de la communauté musulmane durant plusieurs siècles, soit aujourd’hui manipulée par quelques-uns qui se tournent seulement la forme et oublient le fond ou l’essence, provoquant ainsi une conception très confuse chez la majorité des musulmans, mais aussi chez leur élite… Par conséquence, les liens entre les musulmans se sont détériorés. De plus, l’extrémisme, le terrorisme et la violence ont été faussement attribués à «`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a» par ignorance totale des définitions claires données de ces concepts par les Oulémas au cours des siècles.
Il est également regrettable que la confusion de cette conception chez les Sunnites a permis à leurs ennemis d’en déformer la nature en prétendant qu’elle est responsable des attentats terroristes perpétrés par les groupes armés et extrémistes. Or, ils savent bien que les extrémistes, avec leurs actes terroristes, n’ont aucun lien avec «`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a». Mais, ils essayent de se servir de la manipulation de ce concept pour atteindre des objectifs politiques et réaliser des ambitions démesurées en provoquant la discorde entre les musulmans, en propageant la culture de la haine, et en négligeant les principes islamiques de la coexistence pacifique, de la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays et du respect du caractère sacré du voisin…
L'histoire se répète! Aujourd'hui, la communauté Musulmane a toujours besoin de savoir qui sont `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a ? Quels sont les repères de leur doctrine ? L'absence de cette doctrine a-t-elle aujourd’hui un impact sur la vie des Musulmans ? C'est quoi la véritable raison de la dépolarisation de la communauté Musulmane ? Y a-t-il réellement une possibilité de revivifier la doctrine traditionnelle afin qu'elle soit une bouée de sauvetage qui permettra à la communauté musulmane de se consolider en surmontant ces moments critiques et en déjouant les pièges de ses ennemis ? Ce sont des questions dont j'espère avoir la réponse à la fin de cette conférence.
Quant à ma réponse à la question : "qui sont `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a ?", je vous la donne de la méthode scolaire enseignée à l'Azhar où j'ai été formé depuis ma prime enfance jusqu'ici. C'est au sein de cette institution que j'ai étudié les grands ouvrages de l'Islam et leurs explications pendant plus d'un 25ans et que j'ai appris la méthodologie discursive Azharite distinguant entre un texte, une explication, une annotation et un compte rendu d'un ouvrage en enseignant les sciences de base de l'Islam pendant plus de 40ans. Quand j'étais à l'école primaire, j'ai appris du livre intitulé Charh al-Kharidah écrit par Abou al-Barakat ad-Dardir, qu'`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a sont les Acharites et les Maturidites et qu'on les avait appelés ainsi pour les distinguer des autres doctrines islamiques à l'époque. Puis, j'ai appris à l'école secondaire qu'Ahlu al-Haq   sont bien `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a et que cette appellation désigne les adeptes de l'Imam des Sunnites, Abou al-Hassan al-Ach'ari et ceux de l'Imam de la Guidance, Abou Mansour al-Māturidi.
Ensuite, parmi les premières connaissances que nous avons acquises à la Faculté d'Usulo ad-Din (fondements de la religion) figurait cette phrase écrite dans le livre de l'Imam an-Nassafi intitulé al-'Aqa'id, et apprise par cœur par touts les étudiants : "Ahlu al-Haq disent : les réalités des choses sont constantes, connaître ces réalités est réalisable, contrairement à ce que disent les sophistes". Les commentateurs et les annotateurs de ce livre ont indiqué que le terme Ahlu al-Haq désigne `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a, à savoir les Acharites et les Maturidites.
Quelques années plus tard, nous avons appris durant nos études supérieures qu'`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a sont les Acharites, les Maturidites et Ahlu al-Hadith. Nous avons appris aussi que les jurisconsultes hanafites, malikites et chafiites ainsi que ceux modérés de l'école hanbalite partageaient cet avis, comme le confirme le Sultan des Oulémas, al-Izz ibn Abdel-Salam (mort en 660 de l'Hégire) en disant : « cette notion avec cette généralisation qui comprend les Oulémas et les grands imams des Musulmans y compris les jurisconsultes, les érudits des sciences du Kalām, du Hadith, du soufisme et les grands linguistes et grammairiens arabes, a été confirmée par les anciens Acharites eux-mêmes depuis la première apparition de ce terme après la mort de l'Imam al-Ach'ari (en 324 de l'Hégire), notamment chez le Grand Imam, l'érudit Abou Manour Abdel-Qahir al-Baghdadi (mort en 429 de l'Hégire) dans ses deux livres al-Farq Bayn al-Firaq et Usulo ad-Din, puis chez Abou al-Modhaffar al-Isfrayyni (mort en 471 de l'Hégire) dans son livre at-Tabsir Fid-Din.
C'est aussi l'avis de la majorité des Oulémas de la Oumma tout au long des siècles qui suivent à partir de l'Imam Abou al-Walid Ibn Rochd al-Maliki, le Grand-Père, (mort en 520 de l'Hégire) jusqu'à l'Imam as-Saffarini al-Hanbali, mort en 1188 de l'Hégire, qui dit : "Ahlu as-Sunna sont composés de trois groupes à savoir les Atharites, dont l'Imam est Ahmad Ibn Hanbal, les Acharites, dont l'Imam est Abou al-Hassan al-Ach'ari, et les Maturidites  dont l'Imam est Abou Mansour al-Matridi". C'est ce que confirme également le grand savant Mortadaaz-Zabidi al-Hanafi (mort en 1205 de l'Hégire) en disant : "par Ahlu as-Sunna, on entend les Oulémas des quatre écoles : les érudits de la science du Kalām, les soufis, les Acharites et les Maturidites"». Voilà la réalité vécue par la Oumma pendant plus de mille ans où l'unité de la Oumma a pu intégrer le pluralisme et  la diversité et rejeter la division et la discorde!  
Mais qui est-ce l’Imam achʿarīte de `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a ? Quelle est sa doctrine ? Et pourquoi la Oumma l’avait acceptée, et continue à l’accepter jusqu’ici malgré les tentatives déployées en vue de le déformer, d’égarer les gens de sa voie en le traitant tantôt d’hérétique et tantôt de pervers, voire d'excommunier ses adeptes comme cela s’était déjà fait.
J’ai ramené avec moi de l’Egypte un ouvrage en quatre volumes qui a pour titre : « l’Imam `Abou al-Ḥassan al-`Achʿarī, Imam de `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a », il s’agit d’un recueil des recherches fait sur la personnalité de ce majestueux Imam recueilli dans le cadre du forum international tenu à l’Azhar et qui sert de répondeur à cette question…
               Important de mentionner que l’Imam est né à Basra vraisemblablement en 260 H/873 et décédé en 324 H/ 935. Il a été élevé dans un milieu intellectuel et doctrinal caractérisé par une controverse idéologique et une confusion de grande ampleur, chose qui ressemble approximativement à ce qui se passe actuellement dans l’Oumma comme la réapparition du Takfīr et de la violence sectaire et doctrinale. Alors, les Muʿtazilites étaient fanatiques pour leur doctrine ultra rationnelle, et  les  rigoristes des Ḥanbalītes ne toléraient que leur méthode textuelle. Bien que l’Imam ait élevé au sein de la doctrine Muʿtazilīte et soit devenu l’un de ses grands théoriciens et défendeurs, il avoua publiquement son abandon de la doctrine Muʿtazilīte en vue de trouver son chemin dans la seule vraie la doctrine de `Ahlu as-Sunna. Il s’est proposé d’approfondir sa connaissance de cette doctrine en vue de la répandre et de la défendre contre les autres doctrines égarées, comme les Muʿtazilites, les anthropomorphiques, les fatalistes, les des kharidjites, des Murjites etc… Ce grand Imam ne cessa de déployer les efforts pour propager cette doctrine caractérisée par la voie du juste-milieu tout en se basant sur le Coran et les Ḥadīths ainsi que sur les récits des Imams et Ulémas du Salaf (les pieux prédécesseurs).
L’apport de cette doctrine consiste en sa méthode de marier les deux tendances [l’imitation fidèle (Naql) et le jugement rationnel (ʿAql)]. Cela dit, l’argumentation des questions dogmatiques se base, quoi qu’il en soit, sur les arguments rationnels et les épreuves logiques, de façon à ne pas compter exclusivement sur le Naql. D’ailleurs, l’Imam Achʿarīte n’a pas exagéré les interprétations rationnelles qui seraient axées sur la désacralisation et la décontextualisation des textes sacrés pour les soumettre au jugement purement rationnel non-fondé sur la bonne vision et la juste argumentation comme le cas des Muʿtazilites et d’autres…
La caractéristique qui distinguait l’Imam d`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a, est la modération entre le laxisme et l’excès d’un côté, et l’imitation fidèle d’un autre. La fusion de la croyance au texte transmis et du respect de la raison, n’était pas une innovation propre à al `Achʿarī par fantaisie ou par ambition de paraître. Par contre, il fonda sa doctrine à la base du Coran dont les textes sacrés expriment pleinement ces deux axes originaux sur lesquels la doctrine achʿarīte s’est constituée : il s’agit du juste-milieu et de la facilitation d’une part, et la valorisation de la raison d’une autre, conformément au Coran qui l’a mentionné plus de « 120 fois». Grâce à cette caractéristique, la doctrine de `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a  a pu assurer à la Oumma islamique la stabilité rationnelle et la sérénité de l’esprit, ainsi que la réconciliation entre toute dualité ayant l’apparence contradictoire, de façon à régler ce qui a épuisé maintes nations et continue à le faire jusqu’ici à tel point que certains se sont égarés de leurs religions et de leurs croyances.
La doctrine de `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a, n’était pas seulement garante de l’unité des musulmans depuis plus de mille ans, ni la raison d’être de leur culture religieuse et intellectuelle, mais aussi elle était à la base de leur civilisation matérielle et scientifique dans tous les domaines. `Abou Mansour al-Baghdadī a fait intelligemment attention à cette alliance logique et normale entre l’évolution civile et la stabilité ratio-spirituelle chez les musulmans. C’est ainsi qu’il a fait grand attention à ce que la doctrine du consensus des gens de la Sunna, dans le cadre déjà mentionné, ait été la raison d’être de la renaissance de cette Oumma et que les œuvres religieuses et pratiques produites par `Ahlu as-Sunna, selon l’expression d’Abd al-Qahir al-Baghdadī, représentent une source de fierté éternelle pour elle. A quoi s’ajoute les traces culturelles qui subsistent dans tous les pays de l’Islam se tiennent majestueusement debout devant les chercheurs, et sont immortelles et sans pareil. La preuve en est les mosquées, les collèges (Madaress), les palais, Ribāt-s (forts), les manufactures, les hôpitaux et le reste du patrimoine architectural répandu dans les pays de la Sunna. Puis il a dit : « rien n’a la hauteur d’être mentionné à part ce qui fut créé par Ahlu as-Sunna, et tous ce qui se trouve dans les Villes saintes (al Ḥaramaīn), les grandes villes et les grands bâtiments monumentaux n’étaient fait que par Ahlu as-Sunna ».

Honorable Audience !
Je ne saurais conclure mon discours sans mentionner brièvement quelques traits caractéristiques de la doctrine Ach'arite, gardien sûr des principes de `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a.
Premièrement, il ne s’agit pas d’une nouvelle doctrine, mais plutôt d’une interprétation honnête des doctrines des salafs dans une nouvelle approche révélant la pleine compatibilité entre la foi et la raison, une compatibilité dont les grands rationalistes, les Mutazilites et les autres écoles théologiques étaient incapables de découvrir l’esprit. À cet égard, l'Imam Taj al-Din al-Subki a dit :
Sachez que l'Imam Al-Ach'ari "n'a pas inventé une doctrine nouvelle, mais il a adopté les doctrines des salafs et la voie des compagnons du Prophète (que la paix et la bénédiction soit sur lui)… Celui qui suit son exemple est nommé Ach'arite"
Deuxièmement, L'acharisme est le seul courant qui n'accuse de mécréance aucun musulman. Ibn 'Assaker a rapporté que lorsque l'Imam al-'Ach'ari était à l'article de la mort, il a dit à l'un de ses disciples "Soyez témoin que je n'accuse de mécréance aucun musulman car tous les musulmans, malgré leurs différences, adorent un Seul Dieu…".
De plus, ce qui confirme que l'Imam al-Ach'ari rejetait fermement l'idéologie de Takfir est le fait qu'il a écrit un livre intitulé (Maqalat Al-Islaamiyyin wa Akhtilaaf Al-Muṣallyin). Dans ce livre, il expose que l'Islam accepte les diverses écoles musulmanes, quelles que soient leurs différences en matière de questions secondaires de la croyance. Dans l'introduction de son livre, il a écrit une phrase très importante dont les Musulmans ont besoin de bien saisir aujourd'hui le sens pour qu'ils puissent retrouver leur unité et leur force. Il dit: «Après la mort du Prophète, à lui paix et bénédiction, les Musulmans se sont divergés sur tant de questions à point qu'ils se sont accusés les uns les autres d'égarement et se sont devenus des partis et des sectes, cependant, l'Islam les rassemble tous».
Aussi, les disciples d'Al-Ach'ari affirment la position de leur maître. Faute de temps, nous nous contentons de citer une citation tirée d'un chapitre intitulé "Bayan 'Isamat Allah Ahl Al-Sunnah' An Takfir Ba'ddihmBa'dda" dans son livre précité, Al-Baghdadi dit : «`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a n'accusent pas les uns les autres de mécréance et il n'y a pas de différend permettant l'excommunication et le takfir. Allah, le Tout-Puissant, préserve la vérité et ses adeptes pour ne pas tomber dans les pièges menant au conflit et à la contradiction. » Puis, il décrit la situation des autres écoles comme s'il vivait parmi nous aujourd'hui, en disant: «En réalité, les membres des sectes adversaires accusent les uns les autres de mécréance. Si sept personnes d'entre eux se sont réunies ensemble, ils ne se séparent pas avant que chacun accuse l'autre de mécréance».
Le Takfir peut être une raison de meurtre et une justification pour ceux qui versent le sang des Musulmans sous prétexte de lutter contre les infidèles. Regardez autour de nous maintenant et répondez-moi! Y-a-t-il une doctrine autre que `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a qui ne risque pas d'accuser les Musulmans opposants de mécréance, de dépravation ou d''innovation ?
`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a représentent l’unanimité majeure de la Oumma musulmane. Ses imams sont Mālik, al-Chāfiʻī, Abou Ḥanīfa, Ibn Ḥanbal, Abou al-Hasan al-Achʻari, Abou Mansour al-Māturidi ainsi que leurs disciples et écoles. Parmi ses imams, il faut également rappeler al-Ḥasan al-Basry, al-Ğonaīd, al-Maḥāsī, al-Sarrağ et le l’astre de l’Islam al-Ghazālī. Les Ulémas du Hadith et les Ulémas Ḥanbalītes les plus vertueux qui se sont adhérés à la voie de l'Imam Ahmad ibn Ḥanbal, cet homme ascète dont l’attitude et la biographie prouve qu’il était totalement loin de promouvoir le meurtre, de traiter de pervers les musulmans pour les moindres raisons, ou même de les traiter de mécréance.
La voie de `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a est celle dont le Prophète - salut et bénédictions d'Allah soient sur Lui – a recommandée d’adopter, surtout au moment du trouble et de la Fitna frappant la société musulmane à cause de la perte du droit chemin. A ce propos le Prophète dit : « Gardez l’unité et éloignez-vous de la désunion, car le diable domine aisément une personne isolée tandis qu’il lui devient plus difficile de dominer deux personnes qui reste unifiées. Quiconque veut l'aisance du Paradis, qu'il reste dans l'ensemble des croyants ».
Honorable audience!
Désolé d’avoir pris du temps ; mais la situation critique actuelle de la Oumma ne doit pas subir les discours teintés des compliments, des signes symboliques basés sur la prise en considération de la sensibilité des autres. Le seul objectif à atteindre est de réunifier la Oumma, de purifier les esprits et les cœurs de toutes les fausses croyances et interprétations que l'Islam et sa Chariʿa dénient catégoriquement. Soyons sûrs que reformer la Oumma ne se fera que par un seul moyen : avoir recours à la voie d’(`Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a) dont la facilité, la tolérance, la spiritualité et la réflexion globale dans tous les domaines restent des traits distinctifs...
A la fin de mon discours, je lance un appel à ceux qui ont perdu la lumière de cette doctrine et se sont égarés de son droit chemin, à revenir à la raison et à prendre conscience des crimes et des péchés qu'ils ont commis. Qu’ils sachent également que ces fausses interprétations ne leur serviront à rien devant Allah au Jour de la Résurrection et qu'ils sont responsables de cette effusion de sang et de cette corruption répandue sur terre. Qu’ils sachent aussi que la porte de la repentance est ouverte pour quiconque revient à son Seigneur. C’est à eux donc de relire le Coran avec une bonne compréhension et un bon cœur, de mieux méditer ses versets et de profiter des renseignements de leur Prophète qu'Allah a envoyé comme miséricorde pour tout l'univers.
Et je vous appelle, le peuple Tchétchène courageux ainsi que tous les musulmans russes, à rester attachés à la doctrine de `Ahlu as-Sunna Wal-Jama'a, celle des Acharites, des Maturidites, d'Ahlu al-Hadith et des Grands Soufis. Attachez-vous-y étroitement et faites à ce qu'elle soit enseignée à vos enfants aux écoles et universités ! Faites face, par les bons arguments, à tous ceux qui combattent cette doctrine, s’en moquent ou essayent de la remplacer par d’autres doctrines égarées, extrémistes et inventées ne menant qu’à l'effusion de sang, à la destruction, à la stigmatisation de l'Islam et à la haine contre les musulmans.


Merci pour m'avoir prêté votre attention !
Assalāmoʻalaykomwarahmatu-llahiwabarakātoh
(Que la paix soit sur vous !)
Fait le … Dhou-l-Qa'adah 1437 de l'Hégire/  … Août-2016, au Grand Siège de l'Azhar.
Le Grand Imam
Ahmad A-Ṭṭayyeb
Cheikh de l'Azhar

 

Print
Tags:
Rate this article:
No rating

Please login or register to post comments.